‘Effy’s Passion for the Mother Who Had Not Loved her was the Supernatural Thing’: Haunting as an expression of attachment in May Sinclair’s “The Intercessor” - Nantes Université Access content directly
Journal Articles Journal of The Short Story in English / Les Cahiers de la nouvelle Year : 2018

‘Effy’s Passion for the Mother Who Had Not Loved her was the Supernatural Thing’: Haunting as an expression of attachment in May Sinclair’s “The Intercessor”

Abstract

Cet article propose une généalogie de la hantise dans la nouvelle “The Intercessor” (1911) de May Sinclair et explore la manière dont le texte déplace le fantastique de la présence spectrale à l’absence de lien mère-enfant. En effet, l’enfant fantôme, Effy, semble hantée par un trouble irrésolu qui ne prend fin qu’à l’issue d’une scène de confrontation avec la mère négligente. Outre les hypotextes de Kipling, de Lewis et d’Emily Brontë qui viennent hanter le texte de la nouvelle, “The Intercessor” est aussi habitée par les questionnements que Sinclair développe dans ses essais sur la peur et la précognition, sur la mort et la sublimation, ou encore sur le rôle du langage tel que celui-ci est utilisé par les recherches psychologiques du tournant du siècle. C’est surtout dans la représentation de la maternité et dans son anticipation de la théorisation de l’attachement opérée par John Bowlby à partir des années 1950 que l’exploration sinclairienne des liens entre la hantise et la filiation au féminin se distingue.

Domains

Literature
No file

Dates and versions

hal-03629599 , version 1 (04-04-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03629599 , version 1

Cite

Leslie de Bont. ‘Effy’s Passion for the Mother Who Had Not Loved her was the Supernatural Thing’: Haunting as an expression of attachment in May Sinclair’s “The Intercessor”. Journal of The Short Story in English / Les Cahiers de la nouvelle, 2018. ⟨hal-03629599⟩
12 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More